Uncategorised

Tales from Nouvelle-Aquitaine #80

“Le mystère de la grande girafe et de la serre aplatie!”

(The mystery of the tall giraffe and the flattened greenhouse!)

The previous fortnight of rain and wind had finally given way to blue skies. We noticed signs of Spring across the gardens. Daffodils that had been planted a couple of years before offered a vibrant shade of yellow amongst the rash of daisies wild violets and curious blue ‘Veronica little oak’ flowers commonly known as Speedwell or Birdseye in English or Véronique petit-chène in French.

These flowers had popped up after the first grass cut of the season some days before. As everyone knows that lives here you only have to turn your back and the grass has grown, weeds and flowers appearing at an alarming rate. We were happy to let them have their moment especially as the grass had again become too wet to cut. 

Krysia had sourced a greenhouse online the previous year and it had sat in its box stored in the barn until the time arrived to install it. There was barely a breeze and a warm feeling of the morning sunshine as we unpacked the box and laid all of the numbered poles out in order on the grass. Of course, several poles had no number but this would be elementary once we had got started, I hoped. I was never any good at ‘Meccano’ as a kid, but with Krysia’s brain and my brawn we had the tubular frame and canvas assembled in no time and fixed to the ground with the supplied tent pegs and a pallet floor for extra stability. It would make an excellent potting shed for the vegetables we intend to grow this year. After a windy night the greenhouse had survived which was a relief so we got on with refreshing the games room above our barn. 

Our neighbours Stan & Margaret had kindly offered us two old metal day beds which would make two good sofas. Getting them up the metal staircase wasn’t as difficult as we first thought, they look good having had a new coat of paint. Moving the bar from our hallway to the games room was tricky but we were pleased it went in without too much trouble (or fragrant language on my part). That would be reserved for later.

‘Quelle horreur!’

An unexpected night of strong winds proved too much for our little greenhouse. It had been blown flat as a pancake against the boundary wall. Another job for another day, alors!

But it would have to wait. The day had arrived to have a new wood burner installed in our dining room. The open fire that looked beautiful had proven inefficient these past winters.

We had been recommended local Artisan Ambroise Prée who had visited a month before to make measurements and find the right wood burner. We had opted for a Godin insert, a renowned French marqué. We couldn’t have a normal box wood burner installed due to the wooden fire surround for obvious reasons. Besides, an insert would fit the dimensions of our fireplace and more importantly keep the integrity of the surround as it is irreplaceable.

We were told the chimney had to be lined with a double insulated flue. This would be a two man job as twenty metres of pipe was too long to be fed up the chimney from ground level.

“C’est facile quand on sait comment…”

(It’s easy when you know how).

Slowly the JCB made its way in through our main gates turning left along the side of the pool before negotiating a tight left turn over the gravel before coming to rest in front of our West Wing Gite not unlike a tall giraffe craning it’s neck before thinking about it’s next move. The driver had expertly positioned the JCB. It took longer to make the guys a coffee than it did to install the flue pipe. I said to the driver I didn’t like heights despite him offering me a rooftop view, then conceding himself that he didn’t like heights either. Thankfully Ambroise’s assistant had been the one to go up in the safety cage. 

With installation complete there was one final job to do. Cap off the chimney. The crane slowly lifted Ambroise his mate and a huge slab of fireproof concrete up level with the top of the chimney. They slid the slab on top of bricks. It looked incredibly heavy but they placed it millimetre perfect first time.

With the fire lit, we offered the guys a well deserved beer.

Within no time our dining room felt cozy and warm for the first time since we had been here. Ambroise and his team had done a fantastic job from start to finish and we would highly recommend him to anyone in our area.

I wonder if he’s any good at greenhouses…..

Until next time….

à votre très bonne santé! x 🇫🇷🍷🍷❤🇪🇺

Paul & Kry x

Le Logis De Limalonges

Information on our three self catering Gites including photo gallery and booking info plus previous episodes of our blog can be found here:

www.lelogisdelimalonges.fr

General enquiries and all Gite information can be found here:

http://www.booking.com/Share-vOQjwy

Our monthly column in new lifestyle magazine Heyday can be found here:

Le mystère de la grande girafe et de la serre aplatie !”

(Le mystère de la grande girafe et de la serre aplatie !)

Les quinze jours de pluie et de vent précédents ont finalement laissé place à un ciel bleu. Nous avons remarqué les signes du printemps dans les jardins. Les jonquilles qui avaient été plantées quelques années auparavant offraient une vibrante nuance de jaune parmi les marguerites, les violettes sauvages et les curieuses fleurs bleues de Veronica little oak, communément appelées Speedwell ou Birdseye en anglais ou Véronique petit-chène en français.

Ces fleurs étaient apparues après la première tonte de gazon de la saison quelques jours auparavant. Comme tous ceux qui vivent ici le savent, il suffit de tourner le dos pour que l’herbe pousse, que les mauvaises herbes et les fleurs apparaissent à une vitesse alarmante. Nous étions heureux de les laisser faire, d’autant plus que l’herbe était à nouveau trop humide pour être coupée.

Krysia avait acheté une serre en ligne l’année précédente et elle était restée dans sa boîte dans la grange jusqu’à ce que le moment soit venu de l’installer. Il y avait à peine une brise et une sensation de chaleur du soleil matinal alors que nous déballions la boîte et disposions tous les poteaux numérotés en ordre sur l’herbe. Bien sûr, plusieurs poteaux n’avaient pas de numéro mais ce serait élémentaire une fois que nous aurions commencé, je l’espérais. Je n’ai jamais été bon au “Meccano” quand j’étais enfant, mais avec le cerveau de Krysia et ma force, nous avons assemblé le cadre tubulaire et la toile en un rien de temps et les avons fixés au sol avec les piquets de tente fournis et un plancher de palette pour plus de stabilité. Elle fera un excellent abri de jardin pour les légumes que nous avons l’intention de cultiver cette année. Après une nuit venteuse, la serre a survécu, ce qui est un soulagement, alors nous avons commencé à rafraîchir la salle de jeux au-dessus de notre grange.

Nos voisins Stan & Margaret nous ont gentiment offert deux vieux lits de jour en métal qui feraient deux bons canapés. Les faire monter par l’escalier en métal n’a pas été aussi difficile que nous le pensions, ils ont l’air bien après avoir reçu une nouvelle couche de peinture. Déplacer le bar de notre couloir à la salle de jeux a été délicat mais nous avons été heureux qu’il soit passé sans trop de problèmes (ou de langage odorant de ma part). Cela sera réservé pour plus tard.

Quelle horreur !

Une nuit inattendue de vents forts s’est avérée trop forte pour notre petite serre. Elle s’est aplatie comme une crêpe contre le mur d’enceinte. Un autre travail pour un autre jour, alors !

Mais cela devra attendre. Le jour était venu de faire installer un nouveau poêle à bois dans notre salle à manger. Le feu ouvert qui était magnifique s’était avéré inefficace ces derniers hivers.

On nous avait recommandé l’artisan local Ambroise Prée qui était venu un mois auparavant pour prendre les mesures et trouver le bon poêle à bois. Nous avions opté pour un insert Godin, une marque française renommée. Pour des raisons évidentes, nous ne pouvions pas faire installer un poêle à bois normal en raison de l’entourage en bois de la cheminée. En outre, un insert s’adapterait aux dimensions de notre cheminée et, surtout, préserverait l’intégrité de l’entourage, qui est irremplaçable.

On nous a dit que la cheminée devait être doublée d’un conduit à double isolation. Ce sera le travail de deux personnes car vingt mètres de tuyau étaient trop longs pour être introduits dans la cheminée depuis le sol.

“C’est facile quand on sait comment…”

(C’est facile quand on sait comment).

Lentement, le JCB s’est frayé un chemin à travers nos portes principales, tournant à gauche le long de la piscine avant de négocier un virage serré à gauche sur le gravier avant de s’arrêter devant notre gîte de l’aile ouest, un peu comme une grande girafe tendant le cou avant de réfléchir à son prochain mouvement. Le conducteur avait positionné le JCB de manière experte. Il a fallu plus de temps pour faire un café aux gars que pour installer le conduit de cheminée. J’ai dit au chauffeur que je n’aimais pas les hauteurs, bien qu’il m’ait offert une vue du toit, puis il a admis lui-même qu’il n’aimait pas les hauteurs non plus. Heureusement, c’est l’assistant d’Ambroise qui était monté dans la cage de sécurité.

L’installation terminée, il restait un dernier travail à faire. Fermer la cheminée. La grue soulève lentement Ambroise, son assistant et une énorme dalle de béton ignifugé au niveau du sommet de la cheminée. Ils ont glissé la dalle sur les briques. Elle semblait incroyablement lourde mais ils l’ont placée au millimètre près du premier coup.

Une fois le feu allumé, nous avons offert aux gars une bière bien méritée.

En un rien de temps, notre salle à manger s’est sentie confortable et chaude pour la première fois depuis que nous sommes ici. Ambroise et son équipe ont fait un travail fantastique du début à la fin et nous le recommandons vivement à toute personne de notre région.

Je me demande s’il est doué pour les serres…..

Jusqu’à la prochaine fois….

à votre santé! ❤️🇫🇷🍷🍷🇪🇺